Aidants, ne restez pas seuls, inscrivez-vous sur E-lea

Retour à l’accueil

Notre concept

 

E-lea, l’E-Lien Entre Aidants

Dans la vie de tous les jours, nous sommes le fils, l’épouse, le frère, la mère, l’ami, … d’un proche dépendant en raison de son âge, d’une maladie, d’un handicap…
Par la force des choses, nous venons en aide à notre/nos proche(s) : nous sommes les proches aidants.

Parfois, nous nous sentons isolés, incompris, épuisés…
Être aidant ce n’est pas facile tous les jours ! Mais grâce à ce site, créé en collaboration avec des partenaires professionnels, nous pouvons :

Nous exprimer

E-lea est un espace permanent d’échanges qui nous permet de discuter, de publier des poèmes, des dessins, de s’entraider et de se soutenir.
Osons parler !

Partager

Grâce aux différentes fonctionnalités, E-lea nous encourage et favorise le partage de notre propre expérience, de conseils et d’informations pour mieux vivre notre rôle de proche aidant.

Rassembler

Encadré et administré par des professionnels de santé et des proches aidants ambassadeurs, E-lea est un véritable réseau de solidarité et de proximité. À travers nos échanges et nos discussions, nous sommes informés des actions locales qui nous sont destinés, nous pouvons nous rendre services, et même organiser des rencontres.

Sur ce site, nous sommes à la fois acteurs et spectateurs :
chacune de nos expériences est une richesse partageons-la !

Témoignage

«En voyant l’affiche d’E-lea dans la salle d’attente de mon médecin, j’ai été intriguée. Un site internet qui s’adresse à moi, aidante de mon mari, et dans lequel je peux échanger avec d’autres personnes dans la même situation que moi, je ne demande qu’à voir ! Curieuse que je suis, grâce à ma tablette, je suis allée sur le site et me suis inscrite. Et là j’ai découvert une communauté d’aidants, qui se soutient, écrit de beaux poèmes, se rend service et organise même des après-midis au salon de thé ! J’ai été conquise par l’interactivité et la solidarité bien présentes, je me sens moins seule et surtout comprise.»
Jeanne, 67 ans